Généalogie des familles Crépeau

Dans la descendance de Maurice Crépeau

Vanier (Capitale-Nationale QC CA)



 


Notes: Origine et signification

Il est à noter que cette ville n'existe plus depuis le 1er janvier 2002. En effet, à cette date, les villes de Vanier, de Beauport, de Cap-Rouge, de Charlesbourg, de Lac-Saint-Charles, de L'Ancienne-Lorette, de Loretteville, de Québec, de Sainte-Foy, de Saint-Émile, de Sillery et de Val-Bélair ainsi que la municipalité de Saint-Augustin-de-Desmaures se regroupaient pour constituer la nouvelle ville de Québec. L'appellation Vanier a toutefois été préservée et elle identifie maintenant un secteur correspondant au territoire de l'ancienne ville du même nom. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne ville de Vanier. Ville de la communauté urbaine de Québec, Vanier est une enclave dans la ville de Québec, située à l'ouest du secteur de Limoilou et bordée par la rivière Saint-Charles au sud. Le territoire actuel de la ville relevait, en 1862, de celui de la municipalité de Saint-Roch-de-Québec-Nord, puis, en 1893, de Saint-Malo qui, en 1902, voit son territoire scindé pour donner naissance à la municipalité de La Petite-Rivière et à la municipalité du village de Saint-Malo. En 1916, la ville de Québec-Ouest est détachée de celle de La Petite-Rivière, qui deviendra la ville de Duberger en 1963, mais son territoire demeure enclos dans celui de la paroisse de Sainte-Angèle-de-Mérici, communément identifiée comme Sainte-Angèle-de-Saint-Malo, et canoniquement érigée en 1898. Cette appellation rappelle la fondatrice des Ursulines parce que cette communauté avait fait don du terrain pour l'érection de l'église de la paroisse. Les balbutiements de l'histoire locale remontent vers 1880 alors que le territoire était occupé par des cultivateurs. Vers 1895, la construction d'une série de 24 maisons à logement sur les bords de la « Petite rivière Sans Bruit », ainsi dénommée en raison du calme qui régnait dans les environs et qui en faisait un lieu de promenade des citadins de Québec, va constituer le coup d'envoi du peuplement des lieux. Un incendie majeur rasera presque entièrement l'endroit quelques années plus tard. Vers 1912, la compagnie Frontenac se porte acquéreur de plusieurs terres et procède à la construction d'une quarantaine de maisons, geste suivi par quelques autres compagnies comme la Nor-Mount Realty Co., la Van Dyke Land Co., la Riverside Realty Co., la compagnie du Parc-Maufils. Avec la Première Guerre mondiale, la situation se détériore, les maisons sont abandonnées et des squatters s'installent en cet endroit autour des années 1920. À compter de 1928, on assiste à une augmentation considérable de la population qui passe de 600 à 1 450 personnes, deux ans plus tard. Les taxes municipales y étant moins élevées que dans la Ville de Champlain, plusieurs familles décident de s'y installer à demeure. À compter de 1944, Québec-Ouest connaît un significatif développement dans plusieurs secteurs d'activités notamment avec la construction de l'hôpital Notre-Dame-de-la-Recouvrance (1948), auquel succède celui du Christ-Roi (1960), et avec la création d'un parc industriel en 1969. À l'occasion du jubilé d'or de Québec-Ouest, le 21 mai 1966, la ville prend le nom de Ville Vanier, suivant le texte de la Gazette officielle, à nouveau amendé en Ville de Vanier, le 11 juin suivant. Les Vaniérois doivent leur dénomination collective, qu'ils partagent avec la population de Vanier en Ontario, au général Georges-Philias Vanier (1888-1967), gouverneur général du Canada de 1959 à 1967. Né à Montréal, ce militaire de carrière sera sérieusement blessé en France en 1915. Après la Première Guerre mondiale, il est nommé délégué à la Société des Nations et accède au poste de ministre du Canada en France en 1939. En 1943, il sera accrédité auprès du Comité français de la libération à Alger. Nommé ambassadeur du Canada à Paris à partir de 1944, il occupera ce poste jusqu'en 1953. Au cours de la Deuxième Guerre mondiale, il publie, la même année, soit 1944, Paroles de guerre et Un Canadien parle aux Français.

Source: http://www.toponymie.gouv.qc.ca

Dernière modification: 2017/02/19

Latitude: 46.82029529812811, Longitude: -71.26109719298256


Décès

Résultats 1 à 17 de 17

   Nom, Nom donné(s)    Décès    ID personne 
1 BARNABÉ, Lionel  9 avr 1994Vanier (Capitale-Nationale QC CA) I20687
2 BEAUDOIN, Résilda  15 mai 1981Vanier (Capitale-Nationale QC CA) I42235
3 CHABOT, Roger  7 oct 1977Vanier (Capitale-Nationale QC CA) I29263
4 CRÉPAULT, Alexandre  27 fév 1970Vanier (Capitale-Nationale QC CA) I4326
5 CRÉPEAULT, J. Gérard  12 déc 1973Vanier (Capitale-Nationale QC CA) I2708
6 CROTEAU, Alberta  1 sept 1980Vanier (Capitale-Nationale QC CA) I8003
7 GAUVIN, Alva  3 avr 1968Vanier (Capitale-Nationale QC CA) I24829
8 GIGUÈRE, Alvine Laura  28 mars 1991Vanier (Capitale-Nationale QC CA) I44659
9 JACQUES, Roger  19 oct 1980Vanier (Capitale-Nationale QC CA) I22175
10 JOBIN, Bruno  12 déc 1983Vanier (Capitale-Nationale QC CA) I30226
11 LAPOINTE, Adrien  16 août 1977Vanier (Capitale-Nationale QC CA) I10444
12 LAVOIE, Georges  15 jan 1987Vanier (Capitale-Nationale QC CA) I4746
13 LEVESQUE, Roger  27 juin 1969Vanier (Capitale-Nationale QC CA) I30504
14 PAQUET, Félix  8 nov 1976Vanier (Capitale-Nationale QC CA) I12185
15 PICHETTE, Lucienne  19 avr 1984Vanier (Capitale-Nationale QC CA) I24803
16 SAVARD, Oscar  1 sept 1973Vanier (Capitale-Nationale QC CA) I22179
17 TREMBLAY, Bella  6 jan 1989Vanier (Capitale-Nationale QC CA) I4327